L'électrostimulation

Le rythme du coureur, le Sun Aug 04 2019 13:14:06 GMT+0000 (GMT)
L'objectif de cet article est de comprendre ce qu'est l'électrostimulation. Ensuite, il permet de faire le point sur les programmes principaux et leurs apports prouvés scientifiquement. Avant de vous en équiper, renseignez vous et lisez cet article.

L’électrostimulation : objet nécessaire ou gadget électronique superflu ?

L’électrostimulation, c’est quoi ?

Elle se définit par la stimulation d'un muscle ou d'un nerf au moyen d'impulsions électriques. Commençons par les contrindications afin d’éviter des complications. Les personnes ne devant pas utiliser ce genre de méthode sont celles possédant un stimulateur ou un défibrillateur cardiaque, des épilepsies non stabilisées, une peau non saine, les personnes électrophobes et les femmes enceintes (abdomen et région lombaire).

🔹Pendant l'électrostimulation, les fibres musculaires ciblées par le programme travaillent simultanément, ce qui en fait une forme d'entraînement très efficace.

🔹Vous pouvez choisir le groupe musculaire que vous désirez entraîner, sans avoir la fatigue et l'énergie qui résultent des exercices de musculation traditionnels.

🔹L'ESM vous permet de récupérer plus facilement étant donné que la circulation sanguine augmente et que les toxines sont éliminées de façon plus efficace.

🔹L'ESM permet la stimulation des fibres musculaires lentes et rapides. Les fibres rapides sont généralement difficiles à atteindre dans le cas d'un entraînement ordinaire.

🔹Peut permettre un retour plus rapide aux activités sportives après une blessure (dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire : repos, kinésithérapie, préparation physique et mentale, ...)

Pour les précautions particulières : attention à ne pas faire de l’auto rééducation en utilisant des programmes non adaptés, surtout sur des blessures telles que les déchirures musculaires ou ligamentoplastie du LCA...

  • Un placement optimal pour une utilisation efficace

  • -  Les électrodes sont généralement créées pour une durée allant de 20 à 30 utilisations

  • -  Utiliser les points moteurs afin de bénéficier pleinement des bienfaits

  • -  Pour la récupération, une moins grande précision sera tolérée

  • -  Le travail en course intermédiaire est le plus confortable, éviter la position courte du muscle

  • -  Imax = l’acceptabilité, notons qu’une accoutumance rapide apparait.

  • -  Pour la récupération active : dans les 3 heures suivant l’arrêt de l’effort

Les 3 grands types d’utilisation sont : le programme de récupération active, le programme de développement musculaire et le programme TENS

Les 4 programmes de base

Endurance Résistance Force Explosivité

Puissance des contractions > fréquence

10>20 Hz

50 > 75 Hz

75 > 100 Hz

104 > 120 Hz

Durée de chaque contraction

8 sec

7 sec

4 sec

3 sec

Durée du repos

2 sec

4 sec

30 sec

35 sec

Nombre de cycles

200

50

40

30

Quelques études

Effets sur des sujets sains et sportifs

- L’utilisation de l’électrostimulation dans les sports de compétition. Voici un excellent résumé des études cherchant à démontrer les effets de l’électrostimulation.

Pour optimiser les performances sportives, les exercices ES ont deux applications principales: la modalité basse fréquence, largement utilisée pour favoriser le processus de récupération des athlètes entraînés en endurance, et le mode haute fréquence, principalement utilisé pour améliorer la force musculaire et la puissance musculaire.

En conclusion, « il convient de rappeler que les gains de force et de puissance induits par l'entraînement par l'ES pour les muscles non lésés sont similaires (et complémentaires) à ceux qui peuvent être obtenus avec un entraînement volontaire normal. Il est possible que les stimulations électriques soient particulièrement utiles pour les athlètes dont les performances se sont stabilisées après plusieurs années d’entraînement et de compétition, elle viendrait en complément des formes d’entraînement plus traditionnelles au lieu de les remplacer. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour vérifier l'efficacité des SE haute fréquence « indolores » à des niveaux de force relativement faibles (10% à 20% de la force de contraction volontaire maximale) afin de former de manière sélective les fibres musculaires rapides, 2 l’efficacité des ES basse fréquence en tant que modalité de récupération pour les sports d’endurance.

Reference: Nicola A.Maffiutti. The use of electrostimulation Exercise in Competitive Sport. Revue internationale de physiologie sportive et de performance. Volume 1 : Numéro 4. Pages 406-407.

Effets sur des sujets ayant des pathologies

- Electrostimulation et maladie pulmonaire
o Cas de la BPCO (bronchopneumoathie chronique obstructive) qui devrait devenir dès 2030 la 3ième cause de mortalité dans le monde.

Etude réalisée sur des patients atteints de BPCO sévère. 8 ont été stimulés et 12 ont été assignés au groupe contrôle. L’électrostimulation, à raison de 5x/semaine durant 6 semaine a amélioré la surface musculaire au niveau du quadriceps et du mollet. Ceci a été associé à un équilibre musculaire anabolique à catabolique plus favorable. L'amélioration de la distance de marche après l'entraînement NMES était associée à des gains de force musculaire, à une ventilation réduite pendant la marche et à la capacité de tolérer une intensité de stimulation plus élevée.

Référence : Isabelle Vivodtzev, PhD; Richard Debigaré, PhD; Philippe Gagnon, MSc; Vincent Mainguy, MSc; Didier Saey, PhD; Annie Dubé, PhD; Marie-Ève Paré, MSc; Marthe Bélanger, BSc; and François Maltais, MD – Functional and Muscular Effects of Neuromuscular Electrical Stimulation in Patients With Severe COPD – Poitrine, Volume 141, numéro 3, mars 2012, pages 716-725.

 Les atteintes musculaires et la dyspnée au décours d’une exacerbation sont telles que certains patients BPCO ne peuvent pas suivre un programme classique de réentraînement à l’effort, basé sur des activités globales (marche, bicyclette...). Des stratégies alternatives comme l’électrostimulation pourraient être envisagées pour initier le réentraînement le plus tôt possible, rompre le cercle vicieux de l’exacerbation et améliorer le pronostic vital de ces patients.

Référence : A.Couillard et C.Prefaut - L’électrostimulation dans la réhabilitation des patients BPCO sévères : pertinence ou facétie ? – Revue des maladies respiratoires Volume 27, numéro 2, pages 113-124 (Fev 2010)

- Post AVC
o Exemple de la douleur localisée au niveau de l’épaule

Étude contrôlée d'une durée de 24 mois à compter du premier mois après le début de l'AVC. Entre 1989 et 1993, cent patients hémiplégiques présentant une épaule subluxée et douloureuse ont été suivis. Tous les sujets ont bénéficié d'une rééducation conventionnelle basée sur le concept de Bobath. En outre, les patients ont été affectés en alternance à un groupe témoin ou à une Stimulation Electrique fonctionnelle (FES) supplémentaire pendant 5 semaines sur les muscles entourant leur épaule douloureuse et sous-luxée. Des examens cliniques, comprenant l’amplitude des mouvements, l’évaluation de la douleur et les rayons X, ont été réalisés au début de l’étude, entre la deuxième et la quatrième semaine après le début de l’ACV, et ensuite à 6, 12 et 24 mois. Résultat : le programme FES a été significativement efficace pour réduire la sévérité de la subluxation et de la douleur et pourrait éventuellement avoir facilité la récupération de la fonction de l'épaule chez les patients hémiplégiques.

Référence : A.Chantraine, A.Beribeault, D. Uebelhart, G. Gremion - Shoulder pain and dysfunction in hemiplegia: Effects of functional electrical stimulation – Archives of Physical Medicine and rehabilitation. Volme 80, Issue 3, Mars 1999, pages 328-331.

- Électrostimulation & diabète de type 2

Constat : Plusieurs études avaient antérieurement suggéré que l’électrostimulation pouvait avoir également un rôle métabolique, en améliorant différents paramètres du métabolisme glucidique. Une étude pilote a récemment confirmé cette hypothèse, montrant qu’un entraînement quotidien par neuro-myo-électrostimulation des deux quadriceps permettait d’améliorer significativement la sensibilité à l’insuline de sujets atteints de DT2.

Le mécanisme d’action de ce traitement n’est pas encore élucidé, et des études complémentaires sont nécessaires pour prouver son action sur l’équilibre glycémique.

Conclusion

L’électrostimulation est tout sauf un jouet. Ses atouts sont réels pour la performance, pour la récupération et surtout pour les soins. Cependant la technologie a un prix, et avant de vous en équiper, demandez-vous réellement si vous en avez l’intérêt. Si votre but est la performance : posez-vous la question « mon entrainement est-il déjà optimal ? ». Si vous êtes déjà au maximum de vos capacités, peut être en avez-vous l’utilité, sinon ne déboursez pas quelques centaines d’euros inutilement. Si c’est une visée thérapeutique que vous recherchez, renseignez-vous auprès de votre professionnel de santé.

Le leader de l’électrostimulation: compex

Les autres : Cefar Primo pro, axion tens STIM-PRO X9+, Globus, Prorelax, ...

Laisse un petit mot !

Ton adresse email ne sera pas publiée ni utilisée à des fins commerciales.